Témoignage avis client

diisignQuand on peut allier design et gastronomie sur diisign.com, on ne s’en prive pas… Cette fois-ci on a essayé le restaurant Monjul, dans le Marais, à Paris (rue des Blancs Manteaux pour les gourmets qui nous lisent). Et bien on peut dire que ce petit restaurant a tout pour plaire : une cuisine créative qui use sans abus des grandes tendances du moment (cuisine fusion/sucré salé/mousses et émulsions en tous genres/approche laboratoire…), reste vraie et sans intellectualisation inutile (petits raviolis de lieu et légumes, cuisinés à la chinoise, et recouverts d’une écume juste pour le fun, pas pour le goût, en entrée et en tête de cette article). Les prix sont abordables (formules déjeuner à 14 et 18€, menu dégustation à 50€). Le service agréable, sympathique et attentionné nous fait oublier tous les restaurants un peu branchouilles qui se permettent un service dédaigneux, à la limite de l’irrespect. Au final on mange bien et bon, on découvre des saveurs intéressantes (ce Salambo de Bubblegomme en dessert t en photo en bas de l’article a fini de me convaincre), on passe un agréable moment et on ne se ruine pas. Que demander de plus? Toutes mes excuses pour les photos qui ne rendent pas justice à ce petit lieu plein d’intérêt, elles ont été prises avec mon pauvre téléphone dont ce n’est pas la spécialité! Et pour ceux qui en douteraient : OUI! J’ai bien payé mon addition avant de rédiger cet article élogieux… On n’est pas sur un blog commercial ici!!!

webcity.frje crois que jamais je n’avais été bluffée comme cela en sortant d’un resto. De l’entrée au dessert, tout était parfait. Inattendu, surprenant, un clash de goût et de couleurs. En entrée, la laitière de foie gras au potiron, relevé par « l’écume au xérès » était fine, subtile. En plat, le saumon aux épices accompagné (entre autres) d’oignons confits à la grenadine… je n’aurais jamais osé goûter….et pourtant…. allié au saumon, c’était délicat. Enfin le dessert…. kit de tarte tatin sans mode d’emploi. Imaginez, on vous apporte tous les ingrédients, revisités façon Monjul bien sûr, et vous faites vos mélanges… sublime ! Le tout servi de façon artistique. Chaque plat est une œuvre d’art, le chef possède un réel talent Seul hic, après le plat principal, j’étais calée… car en plus c’est copieux !! menu à 29€ (entrée/plat/dessert), extrêmement raisonnable vu la qualité et la recherche… Service idéal, prévenant, souriant, disponible mais discret et réservé. parfait je vous dit ! Je vous ai dit que j’étais bluffée !

chroniquesduplaisir.frIl est à table un ennemi insidieux, un serpent soporifique et sournois qui vous débine l’appétit en moins de deux, une véritable chausse-trappe à enthousiasme. Cet implacable fossoyeur du bonheur de manger, c’est l’ennui. Le ronron des assiettes à l’identique, le bâillement des ardoises homothétiques, la tristesse du millième steak de thon ou du centième parmentier de canard. L’ennui, c’est la tristesse assassinant le désir. Les pieds qui traînent pour passer la commande, le regard dans le vague au moment du coup de fourchette, l’esprit qui file en goguette dès la première bouchée. Aussi quand on met la main sur une table du tout-venant qui vous étonne, écarquille vos yeux et secoue sauvagement vos papilles, on est prêt à beaucoup lui pardonner. Surtout lorsqu’elle se trouve en plein cœur de Paris et aligne son feu d’artifice pour moins de 30 euros.
Cette table, à la fois surprenante et ludique, c’est Monjul.

arte / chic« Tendances » : Cuisine aux bonbons
La cuisine se fait régressive… Qui l’eût cru ? La fraise Tagada comme le gros Chamallow ont fait leur entrée en pâtisserie. Brioches à la réglisse, macarons à la Tagada, mille-feuilles au Malabar… dans les restaurants dernier cri, la cuisine ludique fait la nique à la haute gastronomie guindée. De jeunes chefs sans complexes traficotent avec des bonbons, place à l’émotion gourmande…

matin plusUNE CUISINE ORIGINALE ET LUDIQUE
Ouvert il y a à peine deux semaines le Monjul propose une alternative aux cantines parfois un peu surfaites du quartier. Formé en France et en Espagne, le jeune chef propose une carte variée et ludique.De l’apéritif-une mousse de foie gras accompagnée d’un jus de betterave à boire à la paille- au café, servi avec une madeleine maison, il se passe des choses dans les assiettes.La carte, sophistiquée, reste raisonnable: 29 € la suite entrée-plat-dessert (avec formule à 18 € le midi)

à nous ParisTiens un OGNI? Un Objet Gourmand Non Identifié.Spontanement, à la lecture de la carte -pavé de cabillaud au bois fumé, camenbert façon crumble-on soupçonne l’homme des fourneaux d’avoir un grain.Mais sa petite folie rend sa cuisine attachante, épatante pour certains plats.Il ose tout, comme la déconstruction de legume façon terrine.A le table d’à coté, la laitière de foie est l’objet de toute les convoitises.La suite est toute aussi audacieuse: queue de bœuf cubique au citron, confiture d’oignons au nori.puis le crunch 27 s’avance. dans un verre une mousse de chocolat aérienne.au millieu, ue quenelle de glace au Get 27 et enfin une barre de chocolat craquant.Presque un gout de trop peu!

à nous Paris / urban repérageÉtonnante adresse qui ne se prend pas au sérieux mais qui séduit par une cuisine osée ou l’art de la deconstruction semble être le maitre mot.On sent que le chef maitrise ses créations comme les légumes façon terrine posée sur une ardoise.Au rez-de-chaussée, un soupçon de crumble, au premier étage de la patate douce puis de le betterave et ainsi de suite sur cinq niveaux présentés à l’horizontale.On pourrait s’attendre à voir débouler le tajine d’agneau en plat en terre cuite.Et bien non, il se présente en plusieurs rectangles bordés par trois cubes de carottes au lait d’amande qui forment le socle et sur lesquels viennent se percher des spaghetti de courgettes.A suivre pour voir jusqu’où le chef peut mener nos papilles.

qype.frAu coin de la rue des archives, l’entrée de monjul est très discrète..mais une fois entré, attention aux yeux et aux papilles!! Des prix défiant toute concurrence pour une cuisine raffinée, inventive et excellente: pour vous donner un aperçu: tartare de veau présenté dans des feuilles de brique au goût de pain d’épice, et un dessert aux notes de bananes avec milk shake à la fraise en accompagnement.
Un vrai effort sur la présentation de chaque assiette et des vrais serveurs capables de vous dire ce que vous allez manger en vous mettant l’eau à la bouche.
29€ le menu entrée/plat/dessert…et 50€ le menu gourmand…

linternaute.comVous aimez être surpris ? Allez y vite, le chef est un créatif, un vrai, l’équipe en salle est pro et cool, le rapport qualité prix excellent

nicodeme8.dansmonblog.comS’il est un quartier vivant à Paris, c’est bien celui des archives. Vous pouvez y trouver toutes sortes de boutiques ouvertes tard le soir et même le dimanche. Des restaurants accueillants. Mais il en est un, cher à mon cœur, car je connais bien le chef : Julien, c’est mon fils, oui oui. Allez y vous ne serez pas déçu. On est toujours surpris, il sait enchanter les palais en respectant scrupuleusement les saveurs, sans jamais charger ni heurter, si bien que l’on sort de table alerte et heureux de l’aventure qu’il nous a concocté.

GUIDES GASTRONOMIQUES

Guide Michelin